2013 Dossier de Bruxelles

De Wiki RMLL
Aller à : navigation, rechercher

Sommaire

Dossier de candidature

Bruxelles du 6 au 11 juillet 2013

Comité porteur

Un comité d’organisation regroupant des bénévoles de plusieurs associations porte sa candidature pour organiser à Bruxelles en juillet 2013 la 14e édition des Rencontres Mondiales du logiciel libre.

Ce dossier a été rédigé de manière collaborative dans un wiki par une équipe dont les noms sont dans la section «  équipe » plus loin. Ces quinzaine de personnes ont participé à plusieurs réunions physiques et en ligne et collaborent activement sur la liste d'organisation.

C’est avec grand plaisir que nous vous proposons la candidature de Bruxelles et de la Belgique pour les Rencontres Mondiales du logiciel libre du 6 au 11 juillet 2013. Après avoir examiné les besoins spécifiques de la manifestation, nous avons le plaisir d’annoncer que Bruxelles et sa région ont toutes les capacités d’accueil requises pour cet événement.

Définition et objectifs des RMLL

Nées de la volonté de réunir et fédérer les membres des nombreux projets libres existants dans le monde en permettant un contact direct entre leurs leaders, les Rencontres Mondiales du logiciel libre sont également l’occasion d’un dialogue entre le public, les utilisateurs et des informaticiens de haut niveau. Des échanges très fructueux se nouent et permettent ainsi aux projets, outre une motivation renouvelée, d’être en prise directe avec leurs utilisateurs.

D’accès totalement libre, ouverte à tous les publics, non commerciale, dans le prolongement de la démarche scientifique et du partage des connaissances, cette manifestation est aujourd’hui devenue l’un des moments forts de l’année dans le domaine du logiciel libre.

C'est un événement d’ampleur internationale. Des conférenciers de tous horizons y viennent pour présenter leurs projets et discuter de leur évolution avec un public attentif et nombreux (près de 3'000 visiteurs, soit 600 par jour à Amiens en 2007, plus de 4'000, soit plus de 800 par jour à Mont-de-Marsan en 2008).

Diverses langues sont employées ; le français, le néerlandais, l’anglais et l’allemand auront toutefois une place prépondérante lors des conférences.

Les Rencontres Mondiales du logiciel libre concernent des publics variés et conjuguent en un même lieu quatre manifestations complémentaires :

  • Une manifestation de sensibilisation et d’initiation au libre (logiciels, ressources et œuvres de l’esprit en général) qui s’adresse à chacun au travers de thématiques spécifiques : Entreprises, collectivités, administrations, informatique, création artistique, santé, handicap, enseignement et éducation populaire, etc.
    L'impact est à l'échelle régionale.
  • Un rendez-vous incontournable des associations francophones impliquées dans la promotion et la vulgarisation des usages des logiciels et ressources libres : le village associatif.
    L'impact est à l'échelle nationale.
  • Un lieu de formation personnelle et professionnelle exceptionnel qui offre des conférences, tables rondes et ateliers pratiques correspondant aux attentes de chacun, professionnel comme particulier.
    L'impact est le plus large possible à l'échelle régionale, nationale et internationale.
  • Un lieu de rencontre de développeurs et chefs de projets libres qui viennent du monde entier présenter leurs travaux, faire connaître leurs projets et nouer des partenariats.
    L'impact est essentiellement à l'échelle internationale.

Définition du logiciel libre

Un logiciel libre se définit par les libertés d’usage, d’étude, de copie, de modification et de redistribution que sa licence garantit juridiquement à l’utilisateur. Ces libertés sont définies par la Free Software Foundation de la manière suivante:

  • Liberté 0: La liberté d’exécuter le programme pour tous les usages
  • Liberté 1: La liberté d’étudier le fonctionnement du programme
  • Liberté 2: La liberté d’en redistribuer des copies
  • Liberté 3: La liberté d’améliorer le programme et de publier ses améliorations

Les logiciels libres sont protégés par le droit d’auteur. Leur particularité est que l’auteur exerce son droit en distribuant le logiciel accompagné d’une licence libre qui précise les droits et les devoirs de l’utilisateur. À titre d’exemple, nous pouvons citer les licences libres GPL, BSD ou encore CeCILL.

La culture libre est une extension de la définition à d'autres champs que le logiciel, en fait tous les champs de la connaissance. L'idée du partage contrôlé par des licences qui encouragent celui-ci plutôt que de le restreindre s'étend à la musique, à la vidéo, à la création de matériel physique, à l'agriculture et à tous les champs scientifiques.

Ceci a aussi été formalisé et a donné naissance au mouvement Creative commons et aux 6 licences standards associées, qui permettent à tous de définir précisément et facilement les conditions légales de ce qu'ils souhaitent donner et conserver comme droits, avec comme base et prérequis, la citation de l'auteur, de « je donne tous les droits d'usage » à « je me réserve tous les droits d'exploitation, mais permets la copie non commerciale simple ».

Historique des RMLL

La première édition des RMLL a été organisée en juillet 2000 à Bordeaux. Devant le succès rencontré, la manifestation fut renouvelée chaque année : Bordeaux en 2001, 2002, 2004 et 2010, Metz en 2003, Dijon en 2005, Vandœuvre-lès-Nancy en 2006, Amiens en 2007, Mont-de-Marsan en 2008, Nantes en 2009, Strasbourg en 2011 et Génève en 2012.

La candidature bruxelloise

Pourquoi Bruxelles est candidate ?

Comme détaillé plus loin, l'activité autour du libre est très variée et existe bien à Bruxelles. Par l'intermédiaire d'actions du LUG, le BxLuG, d'install-party, de conférences et discussions, d'activités d'enseignements et de réflexion, artistiques et créatives, de mise en place d'infrastructure, de réunions variées ou de l'organisation de l'importante réunion annuelle de développeurs, le Fosdem.

Mais Bruxelles manque encore malgré cela d'une action coordonnée permettant de soutenir des migrations à grande échelle dans des administrations belges ou européennes, ou l'utilisation scolaire coordonnée.

Un des objectif de cette candidature et de l'accueil des RMLL à Bruxelles est de permettre à toutes ces initiatives heureuses et peu ou pas coordonnées de résonner et d'offrir une scène durant laquelle les différents acteurs se rendent compte que les autres existent et peuvent s'appuyer les uns sur les autres.

C'est aussi d'organiser à Bruxelles un grand événement autour du libre, de sa philosophie et de ses pratiques disruptives, en matière de logiciel comme de création culturelle et matérielle et par la taille de l'événement d'en faire connaître l'existence au grand public.

Les acteurs porteurs du projet

La candidature de Bruxelles est portée par un ensemble de personnes, fédérées par le projet de rassembler en juillet 2013 les RMLL à Bruxelles, pour soutenir la dynamique locale de découverte et de présentation des logiciels et de la culture du libre. Ces personnes dont la liste figure plus loin constituent l'équipe d'organisation. Concrètement, cette équipe est pour le moment soudée par une liste de discussion, le wiki d'organisation wiki.rmll.be, des réunions hebdomadaires d'organisation et des tâches à effectuer, notamment celles d'obtenir des soutiens et de finir la rédaction du dossier.

Dans un second temps, si le projet est accepté par le comité des RMLL, le relais sera pris par les mêmes personnes, secondés par une structure constituée en association sans but lucratif (asbl) , ABELLI.

ABELLI, association pour la promotion des libertés numériques, aura pour objectif la promotion et la défense des libertés numériques. Pour ceci, l'ABELLI veut encourager, soutenir et participer au développement d'œuvres et technologies sous licence libre. L'ABELLI veut organiser toute activité permettant la prise de conscience des implications du libre, en apportant les outils, structures et stratégies appropriées.

Forte internationalisation des RMLL en 2013

La candidature de Bruxelles a pour objectif de soutenir de manière importante l'internationalisation des RMLL 2013. Le contexte particulier de Bruxelles, c-a-d sa position internationale, la présence du siège de la Commission européenne, du Comité des Régions, du Parlement Européen, de l'OTAN et de nombreux autres organismes internationaux de grande importance concourent à cet objectif.

Dotée d'une importante diversité culturelle (plus de 180 nationalités représentées sur son territoire), la ville de Bruxelles est considérée comme un des carrefours mondiaux des négociations internationales. Un contexte exceptionnel pour assurer la plus grande sensibilisation des professionnels, du grand public et des organismes internationaux aux logiciels et technologies sous licence libre. Dans ce sens, la présence et l'intégration de la langue anglaise sera également renforcée dans les communications et les évènements qui auront lieu lors de ces 14èmes rencontres afin d'offrir la plus grande accessibilité pour le public international.

Grâce aux nombreuses ONG et institutions présentes à Bruxelles, la population de professionnels sensibles au développement durable est des plus importantes.

Pour ce type d'organismes et afin d'assurer la plus grande fréquentation possible d'acteurs internationaux, l'équipe d'organisation organisera des visites thématiques guidées des RMLL .

Fil rouge des RMLL 2013 «la liberté au quotidien»

Le fil rouge de cette édition bruxelloise 2013 sera « la liberté au quotidien », pour tous, tous les jours, dans toutes les activités où le numérique apparaît ou peut apparaître.

Il sera donc décliné dans les différents thèmes, en étant aussi pratique que possible, en permettant de comprendre les enjeux des libertés, des possibilités ou des contrôles mis en place ou que certains aimeraient voir mis en place. Des ateliers pratiques de prises en main et démonstrations seront organisés, notamment pour les enseignants, du primaire au supérieur, mais aussi pour le grand public car tout le monde est tour à tour apprenant et transmetteur de savoir.

Ce thème de « liberté numérique » sera aussi présenté en évaluant les pratiques ou la difficulté de les appliquer, des logiciels au droit d'auteur puisque le fait de lire un texte ou voir une œuvre multimédia passe aujourd'hui souvent par le numérique, les contraintes d'achat et du logiciel embarqué que l'on ne connaît pas ou si peu, du vélo au téléphone portable en passant par l'automobile, les jeux, la télévision ou bien sûr les arts de plus en plus numériques.

Un fort accent sera donné à la liberté de créer et à la créativité que permettent les logiciels et les matériels libres tels que les plate formes MakeyMakey, Expeyes, Raspberry Pi, Arduino, RepRap et bien sûr de très nombreux projets élémentaires faisables avec un fer à souder et du matériel qui sera proposé ... dans un « fabulous hacking space » animé par Mitch Altman et des représentants de nombreux hackerspaces, belges mais pas uniquement.

Un de nos espoirs est de lier la liberté souvent numérique dont il est question en matière de logiciels et matériels, à des libertés liées ou induites telles que celle de l'accès au savoir, à l'information et par là à d'autres pratiques humaines telles que l'agriculture ou la préservation des savoirs, des graines et la biodiversité.

Nous essayerons, notamment par les interventions des sessions plénières et avec les parlementaires, de combiner le côté globalisant (au quotidien, pour tous) et sociétal (monde numérique en 2013 et après tel que nous pouvons l'appréhender).

Technologies libres et éducation publique

L'information, la sensibilisation et le partage des expériences acquises en matière de logiciels et technologies sous licences libres seront au centre de la volonté éducative portée par ces Rencontres mondiales.

Déjà utilisées au sein de l'éducation publique et relayées par de nombreuses formations dispensées à Bruxelles, les technologies libres font l'objet d'un intérêt grandissant depuis plusieurs années. Ces RMLL 2013 ont pour objectif de renforcer cette tendance et seront l'occasion de mettre en relation les spécialistes du domaine avec les professeurs, les élèves et le grand public.

Ces RMLL seront également une source importante de formation et de veille technologique dont pourront bénéficier librement toutes les écoles et les universités de la région.

Des ateliers pratiques à destination des professeurs des écoles primaires, secondaires et hautes écoles, notamment artistiques, seront organisés dans les mois à venir, en collaboration avec l'Université libre de Bruxelles dans le cadre de son programme de formation continue soutenu par l'institut de formation en cours de carrière.

Une campagne d'information complémentaire sera menée à cet effet dans les mois qui précèdent la manifestation.

Les associations de professeurs, par exemple celles de chimie et physique, mathématique, grec et latin seront contactées car l'équipe maintient des contacts étroits avec ces-dernières et les sait intéressées par les projets du libre.

À titre d'exemple l'association belge des professeurs de physique et de chimie (ABPPC) maintient et développe, avec des ressources libres, un site pour l'enseignement de la physique et un espace collaboratif. La société belge des professeurs de mathématiques fait de même.

Ces ateliers et la campagne d'information auront comme aboutissement les RMLL à Bruxelles et permettront de drainer un public d'enseignants, d'étudiants et de parents.

Des activités seront organisées dans les écoles bruxelloises, notamment déjà à l'athénée Jean Absil à Etterbeek en avril 2013.

Des activités seront aussi proposées par l'intermédiaire des professeurs conseillers TIC des écoles secondaires.

Ouverture vers la ville et le grand public

Organisées au cœur de Bruxelles durant 6 jours dans la plus grande structure universitaire bruxelloise, les RMLL 2013 bénéficieront d'une grande accessibilité au public grâce à son organisation centralisée et sa proximité accentuée par la dynamique de vie locale. La situation de cette manifestation assure une forte participation des autorités locales et des réseaux associatifs.

L'ouverture vers le grand public sera également renforcée plusieurs mois avant la manifestation grâce à la participation des réseaux scolaires, universitaires et professionnels avec le soutien des partenaires locaux. Des campagnes d'information, des conférences et des workshops seront également organisés en amont afin d'offrir la plus grande visibilité à cette manifestation à la population locale et aux visiteurs de Bruxelles.

Le premier est la conférence de Richard Stallman ce 29 septembre 2012 à ULB devant 600 personnes, puis une autre le lendemain à l'École supérieure d'informatique devant 150 personnes. D'autres activités à l'École nationale supérieure des arts visuels, pour des professeurs du primaire, du secondaire et des associations sont déjà en cours d'organisation pour mettre en place la sensibilisation qui doit culminer dans les RMLL en juillet.

D'autres activités pour les associations notamment, mais aussi autant d'acteurs que possibles, seront organisées de décembre 2012 à juillet 2013, toutes devant contribuer à faire connaître les RMLL et faire participer du monde.

Par exemple, le magazine de communication de la ville de Bruxelles et le site internet de la Ville seront le véhicule de pages d'information sur les logiciels et la culture libre, comme proposé par le bourgmestre de Bruxelles dans sa lettre de soutien.

Place de la culture dans les RMLL

Événement culturel d'une grande importance pour Bruxelles, les RMLL 2013 s'intégreront en parfaite adéquation avec l'orientation suivie depuis quelques années par les administrations, les écoles publiques et les acteurs locaux vis-à-vis du logiciel libre.

Ces rencontres bénéficieront de tous les apports de la diversité culturelle exceptionnelle de Bruxelles qui rassemble sur son territoire plus de 180 nationalités. Le Festival des Arts Numériques libres offrira de nombreuses synergies et découvertes culturelles au travers de ses Nocturnes composées de concerts, de pièces de théâtre, jam-sessions musicales, live coding (interactive programming) et autres performances artistiques qui auront lieu tout au long de ces six jours de Rencontres mondiales.

Le traditionnel « Repas du libre », organisé l'avant-dernier soir des RMLL, permettra quant à lui de découvrir la culture gastronomique bruxelloise et de son terroir, ainsi que les richesses de sa société multiculturelle dans une ambiance conviviale et festive. Il rassemblera 450 personnes dont les principaux représentants des administrations locales.

Soutiens politiques et engagements gouvernementaux en Belgique

Certains membres de l'équipe d'organisation sont très impliqués dans la promotion du logiciel libre en Belgique comme dans le monde francophone depuis longtemps, et notamment ces dernières années dans le projet du pacte des libertés numériques (voir Annexe : le pacte des libertés numériques 2010 et 2012), qui concerne les logiciels libres, l'internet libre et les données ouvertes.

Lors des élections régionales et européennes de 2009, puis celles fédérales de 2010 et les récentes communales du 14 octobre 2012, les candidats ont été sollicités pour signer des engagements, ces pactes. Plus de 300 candidats l'ont fait. Il y a plus de 100 élus qui ont signé, dont les suivants :

Présidence de parti

  • Olivier Deleuze, co-président de Ecolo,
  • Emily Hoyos, co-présidente de Ecolo,
  • Thierry Giet, président du PS
  • Benoît Lutgen, président du cdH

Gouvernement fédéral

  • Joelle Milquet, Vice-Première Ministre et Ministre de l'intérieur, cdH
  • Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européenne, MR
  • Laurette Onkelinx,Vice-Première Ministre et Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, PS
  • Elio di Rupo, Premier Ministre, PS
  • Paul Magnette, Ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes, PS
  • Philippe Courard, Secrétaire d’État aux Affaires sociales, aux Familles et aux Personnes handicapées, chargé des Risques professionnels, adjoint à la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, PS
  • Melchior Wathelet, Secrétaire d’État à l'Environnement, à l’Énergie et à la Mobilité, adjoint à la Ministre de l'Intérieur, et Secrétaire d’État aux Réformes institutionnelles, adjoint au Premier Ministre, cdH

Gouvernement wallon et de la fédération Wallonie-Bruxelles

  • Rudy Demotte, Ministre-Président de la Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, PS
  • Marie-Dominique Simonet, ministre de l'enseignement obligatoire et de la promotion sociale, cdH
  • André Antoine, Vice-Président et Ministre du Budget, des Finances, de l’Emploi, de la Formation, des Sports et de la politique aéroportuaire, cdH
  • Jean-Claude Marcourt, Vice-Président et Ministre de l’Économie, des PME, du Commerce extérieur et des Technologies nouvelles, PS
  • Eliane Tillieux, Ministre de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances, PS
  • Carlo Di Antonio, Ministre des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine, cdH

Parlement européen

  • Isabelle Durant, Vice-présidente du parlement européen, Ecolo,

Bourgmestres

  • Maxime Prévot, bourgmestre de Namur, cdH
  • Olivier Deleuze, bourgmestre de Watermael-Boisftfort, Ecolo
  • Elio di Rupo, bourgmestre de Mons, PS
  • Paul Magnette, Ministre des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes, bourgmestre de Charleroi, PS,

Déclaration de politiques régionales et communautaires

Suite aux engagements du pacte des libertés numériques et des engagements figurant dans les programmes des partis notamment PS et Ecolo, les coalitions PS, cdH et Ecolo mises au pouvoir pour les années 2009 à 2014 ont définit les programmes suivants que l'organisation des RMLL à Bruxelles veut soutenir pour la mise en oeuvre.

Région wallonne

Dans le chapitre INSCRIRE LA RÉGION WALLONNE DANS LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE ET DE L’INFORMATION, page 213-214, on peut lire

"(...) 6. Promouvoir l’utilisation des standards ouverts et les logiciels libres

Les standards ouverts et les logiciels libres sont des outils indispensables pour assurer l’accessibilité de tous aux technologies de l’information tout en garantissant la liberté de chaque utilisateur. Ils ont ainsi une influence sur la position compétitive de nos entreprises, particulièrement celle des petites et moyennes entreprises, et sur l’innovation technologique.

Au niveau wallon, le Gouvernement s'engage à :

  • promouvoir et utiliser, dans la mesure du possible, les standards ouverts et les logiciels libres dans les administrations publiques, organismes d’intérêt public et les cabinets ministériels ;
  • développer une plate-forme d’échange, de coopération et d’information en matière de logiciels libres et de standards ouverts entre tous les acteurs publics actifs dans le domaine des technologies de l’information ;
  • promouvoir l'utilisation des logiciels libres auprès des citoyens et des entreprises, notamment par des actions de sensibilisation et de formation ;
  • promouvoir et former à l’utilisation des logiciels libres au sein des écoles ;
  • plaider en faveur de la plus grande interopérabilité des systèmes ;
  • requérir lors des marchés publics relatifs aux systèmes d’information demandant des développements sur mesure, d’être propriétaire des codes sources ou d’en avoir la disponibilité selon une licence libre reconnue ;
  • adapter les cahiers des charges des marchés publics pour des développements sur mesure afin de favoriser l’accès de tous les opérateurs dont les PME à ces appels d’offre.

7. Défendre un contenu de qualité, libre d’accès, indépendant et accessible au plus grand nombre

Pour le Gouvernement, il est essentiel d’encourager le développement d’une société de la connaissance, c’est-à-dire l’émergence d’un large domaine public et gratuit sur internet qui présente toutes les garanties de qualité et qui soit accessible à tous et, notamment, aux personnes handicapées.

Pour y parvenir, le Gouvernement propose de :

  • favoriser l’émergence d’un domaine public riche en contenus, notamment par la numérisation des archives appartenant aux institutions culturelles ou scientifiques régionales, la mise en ligne d’études, de documents à vocation publique ... ;
  • entamer la réflexion en vue d’assurer l’hébergement de plateformes d’accueil d’outils web 2.0 dans le cadre de ses compétences ;
  • développer la participation citoyenne, particulièrement en encourageant les « communautés d’utilisateurs », pour une mise en commun et un partage des savoirs ;
  • encourager l’utilisation des standards ouverts pour garantir un accès libre des citoyens à tous les contenus ;
  • augmenter le nombre de sites accessibles aux personnes handicapées labellisés anysurfer, (aveugles, malentendants, sourds...) et assurer ainsi l’exemplarité des pouvoirs publics ;
  • inscrire toutes les initiatives dans l’objectif de neutralité du net au niveau de l’accès.(...)"

Communauté française

"(...)Chapitre IX - UNE SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE ET DE L’INFORMATION


2. La promotion des standards ouverts et des logiciels libres

Les standards ouverts et les logiciels libres sont des outils indispensables pour assurer l’accessibilité de tous aux technologies de l’information tout en garantissant la liberté de chaque utilisateur. Le développement du logiciel libre est un phénomène mondial de travail collaboratif à travers lequel, des communautés d'utilisateurs et de développeurs de logiciels s'entraident pour produire des logiciels de qualité. Ils contribuent à réduire la fracture numérique dans de nombreux pays, en particulier dans le Sud.

En ce sens, le Gouvernement s’engage à :

  • promouvoir et utiliser, dans la mesure du possible, les standards ouverts et les logiciels libres dans les administrations publiques, OIP et les cabinets ;
  • développer les formations aux logiciels libres, notamment ceux d’usage courant dont la portée pédagogique est confirmée ;
  • promouvoir l’usage des logiciels libres dans les administrations et les cabinets ministériels dans le respect des règles de concurrence et de marchés publics ;
  • requérir, lors de la passation des marchés publics relatifs aux systèmes d’information demandant des développements sur mesure, d’être propriétaire des codes sources ou d’en avoir la disponibilité selon une licence libre reconnue ;
  • adapter les cahiers des charges des marchés publics pour des développements sur mesure afin de favoriser l’accès de tous les opérateurs, dont les PME, à ces appels d’offre ;
  • promouvoir l’utilisation des logiciels libres auprès des citoyens et des entreprises, notamment par des actions de sensibilisation et/ou de formation ;
  • promouvoir l’utilisation des logiciels libres au sein des écoles ;
  • plaider en faveur d’une plus grande interopérabilité des systèmes.(...)"

Retombées locales et l'après RMLL

De part l'intérêt des acteurs locaux, des administrations publiques et des organisations internationales pour le logiciel libre, les retombées locales seront nombreuses.

Les différents thèmes abordés et les projets initiés lors de ces RMLL 2013 feront l'objet de conférences, tables rondes et ateliers complémentaires durant les mois qui précèdent comme ceux qui suivront ces rencontres. Ces RMLL représenteront une occasion unique pour les associations et fondations locales et internationales d'initier plusieurs projets libres en collaboration avec les structures universitaires et les réseaux de spécialistes.

Ces rencontres offriront :

  • un pôle d'attraction professionnel et de veille technologique
  • un lieu d'échange et de rencontres entre spécialistes et grand public
  • un vecteur de formation et d'initiation professionnelle

Les associations locales comme ABELLI agiront également comme incubateurs et porteurs de projets pour favoriser au maximum l'impact de ces Rencontres mondiales sur la dynamique du libre à Bruxelles, et les synergies conséquentes.

Les autorités de l'Université libre de Bruxelles envisagent aussi d'utiliser l'événement comme un des leviers pour inciter les acteurs de l'Université comme ceux qui gravitent autour à utiliser plus de logiciels libres et à mieux les connaître.

Campus du Solbosch de l'Université libre de Bruxelles

Locaux

Les locaux demandés et d'ores et déjà réservés à l'intention des RMLL sont ceux des bâtiments A, K et H du Campus. Ceci fournit 26 locaux principaux dont le détail est présenté ci dessous. En effet, des petites salles complémentaires sont encore disponibles si nécessaire, par exemple pour l'organisation ou des réunions de travail complémentaires ou des ateliers.

Tous les locaux des batiments K et H sont accessibles à tous, en particulier en chaise roulante. Le A c'est plus difficile ... mais possible aussi par la porte arrière.

Numéro Bâtiment Amphi Nbre de places Autre équipement
1 H H.2215 288 Projection de documents opaques et/ou transparents, sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique
2 H H.302 206 Projection de transparents, sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique
3 H H.1301 189 Projection de transparents, sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique
4 H H.1308 148 Projection de transparents, sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique, magnétoscope
5 H H.1309 146 Projection de transparents, sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique
6 H H.2213 100 Projection de transparents, projecteur informatique
7 H H.2214 100 Projection de transparents, projecteur informatique
8 H H.3227 56 Projection de transparents, projecteur informatique
9 H H.3228 56 Projection de transparents, projecteur informatique
10 H H.2111 40 Projection de transparents
11 K K.1.105 805 Sonorisation pour micro sans fil, projecteur informatique, DVD Blue ray, projection de documents opaques et/ou transparents
12 K K.3.201 60 Projecteur informatique
13 K K.3.401 60 Projecteur informatique
14 K K.3.601 60 Projecteur informatique
15 K K.4.201 60 Projecteur informatique
16 K K.4.401 60 Projecteur informatique
17 K K.4.601 60 Projecteur informatique
18 A AW1.105 48 Projection transparents
19 A AW1.115 31 Projection de transparents, projecteur informatique, magnétoscope
20 A AW1.117 31 Projection de transparents
21 A AW1.120 74 Projection de transparents, projecteur informatique
22 A AW1.121 82 Projection de transparents, projecteur informatique, magnétoscope / DVD
23 A AW1.124 59 Projection de transparents, projecteur informatique
24 A AW1.125 76 Projection de transparents, projecteur informatique, magnétoscope
25 A AW1.126 82 Projection de transparents, projecteur informatique

Village associatif

En se basant sur les nombres des années précédentes, nous prévoyons la participation de 50 à 80 associations. (environ 50 en 2008 et 2012)

La superficie du barnum utilisé aux RMLL 2008 était de 900 m2.

Nous disposons, dans les couloirs, de nombreux espaces contigus, répartis en 3 zones, une par bâtiment. Celles-ci sont les zones des associations pendant le Fosdem.

  • Bâtiment K : plus de 500 m2
  • Bâtiment H : plus de 200 m2
  • Bâtiment A : plus de 150 m2

Soit au total, plus de 850 2.

Participants au village

Les associations suivantes ont déjà indiqué qu'elles seraient intéressées de participer en ayant au stand dans le village associatif :

Collaboration avec des évènements bruxellois

Le site d'information Joinup de la Commission Européenne indique ce 29 octobre 2012 que la commission Juri du Parlement européen tiendra vraisemblablement durant la semaine du 6 au 11 juillet 2013 prochain, sans surprise, un atelier concernant « l'impact légal de l'utilisation du logiciel libre ».

L'article indique en particulier (nous citons) :

The European Parliament's Policy Department is planning a workshop on the 'legal impact of the use of free and open source software'. The department will invite legal specialists to brief the members of the European Parliament on this type of software solution.
The Policy Department is organising the workshop on the request of the Legal Affairs Committee. This committee deals with European and international, civil and private law. It also focusses on competition issues, questions regarding protection of intellectual and industrial property and on Europe's internal market.
The committee decided on the workshop in its meeting of 10 October.
No coincidence
The EP's workshop will take place next summer, possibly in July. The meeting could then coincide with the Rencontres Mondiales du Logiciel Libre. The RMLL is an annual conference that normally takes place in France. For 2013 the organisers are considering Brussels as one of the options. A proposal was submitted to host the 14th RMLL from 6 to 11 July 2013 at the Free University of Brussels. That is the same location as the annual Fosdem conference, taking place in February.

Une telle séance concernant l'aspect légal de l'utilisation du logiciel libre a potentiellement des retombées très importantes dans tous les pays européens.

D'autre part, ce même article indique

The same summer will see the publication as open source of At4am, software for authoring and management of amendments on parliamentary texts.

une action potentiellement très importante également du point de vue démocratique puisque l'utilisation sur la place publique du logiciel At4am permettrait une démocratie plus directe, et que cette publication en logiciel libre permettrait aussi l'utilisation par tout pays ou toute région qui le souhaite.

Les organisateurs bruxellois prévoient, en collaboration avec des députés européens avec lesquels ils sont en discussion, de déplacer pour une demi-journée une partie de la tenue des RMLL de l'ULB au Parlement européen pour permettre au plus grand nombre de personnes intéressées de vivre une séance organisée par le Parlement européen et s'impliquer directement dans son fonctionnement.

Réconcilier RMLL et monde des affaires autour du libre

Partenariats

À notre connaissance, trop souvent aux RMLL, trop peu de sociétés du libre participent au financement en espèce ou en nature des RMLL, ou sont associées étroitement et présentes. Bien sûr, de nombreux employés ou représentants de compagnies commerciales participent à titre individuel pour des présentations.

Il y a eu en 2012 Ubicast, Elphel, EBU/UER et d'autres mais ceci ne reflète pas le très large et bourgeonnant écosystème du logiciel libre.

Il y a aussi eu des soucis de compatibilité des mondes associatifs et business lors de certaines précédentes éditions, qui ont été déplorés.

L'équipe d'organisation bruxelloise trouve cela dommage car cela ne traduit pas le fait, selon elle essentiel, de montrer qu'il y a une économie complète qui fonctionne bien dans le libre, avec et sans subventions publiques.

En collaboration avec le groupe de travail logiciel libre du pôle francilien Systematic, notamment, l'équipe bruxelloise souhaite travailler étroitement avec des structures représentatives du monde professionnel du logiciel libre pour assurer une bonne représentativité des entreprises.

En effet, plusieurs études ont montré que

  • Le logiciel libre est un formidable moteur d'innovation.
  • Le logiciel libre génère 10 000 nouveaux emplois par an en France, emplois que les entreprises ont du mal à pourvoir.
  • Il ne suffit pas d'enseigner les techniques du logiciel libre (langages, frameworks, outils). Il faut aussi enseigner le logiciel libre comme modèle de développement, même pour les ingénieurs qui n'en feront pas forcément leur métier, car le logiciel libre est la forme la plus pure de l'innovation ouverte.

L'équipe bruxelloise souhaite réellement intégrer les entreprises dans la confection du programme et dans la manifestation entière, car, on le voit dans d'autres manifestations de logiciel libres, c'est la bonne intégration du village associatif et des sociétés commerciales qui fait le succès de l’événement et du logiciel libre.

L'équipe bruxelloise souhaite permettre aux entreprises de recruter, et de se présenter et en faisant cela aussi de rassurer les acteurs qui souhaiteraient trouver du support.

L'équipe définira un cadre éthique à respecter par les entreprises présentes, complémentaire à ce que le comité des RMLL a défini dans l'esprit des RMLL.

La mouvance devops

Dans cette volonté de réconcilier le monde des affaires et celui du libre, il semble opportun à l'équipe de Bruxelles d'organiser pendant les rencontres un "devops meetup", ansi qu'un cycle de conférences liées à la mouvance devops.

Cette mouvance, née en Belgique en 2009, rassemble des développeurs et des administrateurs systèmes du monde entier autour de thèmes très concrets pour les entreprises, telles que l'intégration continue, le monitoring, l'automatisation...

Des conférences dans le même sens seraient d'ailleurs envisagée. Un jour ou deux de conférences autour de ces thèmes pourrait ramener plus d'une centaine de personnes issues directement du monde professionnel autour de l'Open-source.

Cela donnerait peut-être lieu à l'accueil de Puppetlabs, ou encore d'un cross-configuration-management camp qui pourrait rassembler utilisateurs de Puppet, chef, et d'autres outils de la sorte.

Pour donner une idée de chiffres, en octobre 2012, a eu lieu le premier Belgian Devops meetup à Anvers, 50 personnes se sont rassemblées et ont montré leur intérêt pour ce genre d’événements. Il apparaît que d'autres rassemblements du même type peuvent être très porteurs et les RMLL de Bruxelles seront un de ces événements.

Thèmes

Les thèmes principaux et keynotes tels que envisagés au moment de la rédaction de cette candidature.


Keynote

En cas de succès de la candidature de Bruxelles, madame Pamela Samuelson fera le mardi 9 juillet 2013 à 14h une présentation magistrale intitulée « Est-il possible de réformer le droit d'auteur ? » (Is copyright reform possible ?). Cet exposé sera suivi d'un débat auquel participeront des personnalités, dont des décideurs politiques et artistes. Dans la mesure du possible, cet exposé et le débat seront interprétés et traduits de l'anglais vers le français et le néerlandais.

Madame Pamela Samuelson est Richard M. Sherman '74 Distinguished Professor of Law and Information Management à la University of California, Berkeley, également engagée au University of Berkeley Berkeley School of Information and Boalt Hall, faculté de droit. Madame Samuleson a aussi été engagée professeur visiteur de droit à [Harvard Law School] pour le semestre d'automne 2007. Madame Samuelson est aussi Co-Director of the Berkeley Center for Law and Technology. Madame Pamela Samuelson est aussi membre du conseil de l'Electronic Frontier Foundation

Il est envisagé que monsieur John Perry Barlow participe aussi. Mr Barlow est un poète, essayiste, éleveur à la retraite, militant politique et ancien parolier des Grateful Dead. Il est l'un des cofondateurs de l'Electronic Frontier Foundation, et est resté célèbre pour sa Déclaration_d’indépendance_du_Cyberespace, publiée en 1996.

Plusieurs personnes éminentes ont été contactées et envisagent sérieusement de participer également.

Et d'autres personnalités proposent d'aider à la notoriété de l'événement mais ne peuvent être avec nous :

I am very sorry but a prior conflict makes it impossible 
for me to be in Brussels at that time. 
Happy to spread the word when we're  closer. Let me know.
-----
Lessig
Roy L. Furman Professor of Law and Leadership
Harvard Law School
1563 Massachusetts Ave
Cambridge, MA 02138
vx:1-617-496-8853
fx:1-617-496-4866
latest book:
http://byliner.com/originals/one-way-forward

Thèmes

À l'heure de la candidature, les différents thèmes envisagés sont les suivants, repris en partie des thèmes 2012.

Un membre de l'équipe de Bruxelles a rencontré en juillet 2012 à Genève un certain nombre de directeurs des thèmes qui ont marqué leur accord pour travailler avec nous à Bruxelles, et certains ont répondu depuis à nos courriers pour nous faire de suggestions.

Plusieurs directeurs de thèmes (Stéphane Fermigier et Bruno Cornec pour entreprises, Benjamin Jean pour droit et écoonomie, Odile Bénassy et Geroges Khaznadar pour enseignement, formation et recherche entre autres) nous ont assuré de leur participation.

Nous sommes donc déjà en contact et attendons la décision pour poursuivre ceux-ci et lancer, dès que possible, et en particulier dès décembre 2012 selon nos espoirs et préparations, les premiers appels à présentations et contributions.

Nous déclinerons le fil rouge de la « liberté au quotidien » dans les différents thèmes.

  • Thème juridique et économique
  • Cultures et arts Libres
  • Communautés
  • Média, radio, télévision
  • Graphisme notamment professionnel
  • Entreprises et logiciel libre
    • Écosystème du libre : des PME aux grandes entreprises, clients et fournisseurs
    • Les migrations : du poste de travail à l'infrastructure
  • Le monde du jeu électronique
  • Les créations matérielles libres, la révolution des impressions 3D
  • Sciences et formation
    • Enseignement de l’école primaire à l’Université
    • Recherche et université
    • Les ressources éducatives, notamment les manuels et cours
  • Santé et accessibilité
    • Imagerie et visualisation de données médicales
    • Accessibilité, autonomie et gestion de la dépendance
    • Système d’informations médicaux privés et hospitaliers
    • Télésanté
  • Les données ouvertes
    • La cartographie libre avec OpenStreetMap
    • Participation citoyenne et réutilisation des données
  • Technique
    • Administration Système
    • Développement logiciel
    • Systèmes embarqués et matériel libre
    • Systèmes d’exploitation
    • Sécurité
    • Internet
    • Devops days

Des thèmes spécifiques intéressants des communautés constituées seront aussi proposés, sous forme de hackathons tels que par exemple :

Les communautés qui le souhaiteraient seront invitées à soumettre une demande de mise à disposition de local.

En ce qui concernent les Devops days, ce projet sera réalisé en partenariat avec des acteurs de terrain qui sont déjà supporters de l'idée de rencontres autour de ce thème à Bruxelles en juillet.

Et d'autres activités de manipulation et création :

  • Un Fabulous hacking area, espace de travail encadré sur le matériel électronique et le bricolage, pour tous. Des kits de démarrage de bricolage électronique seront proposés, en coopération avec le plus important magasin bruxellois d'électronique Cotubex situé à 300 m de ULB.
  • Un espace robot, annexe du Fabulous hacking area où seront manipulés des robots. Des kits de démarrage de robots seront proposés.
  • Un forum ouvert autogéré thématique (ou plusieurs), pour des travaux menés par des groupes adhoc qui le souhaiteraient, par exemple pour de l'écriture collective de documentation, ou des travaux collectifs de traduction.

Bruxelles

Bruxelles possède plus de 30 sites de qualité pour l’organisation de séminaires, congrès, dîners de gala et manifestations.

Siège de la Commission des Communautés européennes et du Conseil européen, de l'OTAN et de nombreuses organisations internationales gouvernementales ou non, notre ville attire chaque année des milliers de personnes lors de conférences et programmes récréatifs. Le présence du Parlement européen et de ses nombreuses commissions confère aux RMLL à Bruxelles une visibilité sans précédent.

Il y a trois langues officielles en Belgique: le français, le néerlandais et l’allemand. Le français et le néerlandais sont les langues officielles parlées à Bruxelles, mais la plupart des citoyens parlent couramment l’anglais. De plus, l’anglais est fréquemment la langue officielle dans les multinationales et les organisations internationales basées à Bruxelles.

Bruxelles est la ville d’Europe la plus internationale. Environ 44% de ses habitants ne sont pas de nationalité belge et représentent plus de 180 nations différentes. La ville possède une tradition d’accueil et est très ouverte aux nationalités et cultures différentes.

Pourquoi Bruxelles ?

Géographie et transports

Pour tout bon géographe, Bruxelles est à 50° 50' 48 Nord et à 4° 21' 09 Est. D'Amsterdam, on prend plein sud en ligne droite sur 173 km. De Cologne, on va vers l'ouest sur 183 km. De Paris, on file au nord sur 266 km. De Londres, on met le cap à l'est sur 321 km. Bruxelles n'est pas dépourvue de charmantes voisines.

Ainsi située, Bruxelles a la banane...bleue.

Roger Brunet, géographe français, professeur des universités et directeur de recherche émérite du CNRS. a forgé le concept de dorsale européenne, aussi appelée banane bleue, qui s'étend de Manchester à Milan. Bruxelles se trouve en son milieu. Le concept date un peu mais il schématise bien la localisation géographique de la ville.

Bruxelles est un agrégat de 19 communes. Sa population est de plus de 1 150 000 habitants. Bruxelles-Ville est l'une d'entre-elles. Anderlecht et son célèbre club de football en est une autre. Le Bruxellois vous dira donc : « J'habite à Etterbeek ou Saint-Gilles ». On s'identifie à sa commune. L'Université libre de Bruxelles est située à Bruxelles-Ville.

Pour rejoindre Bruxelles, le réseau routier est dense comme parfois son trafic. Les liaisons ferroviaires internationales relient Bruxelles aux Pays-bas, à l'Allemagne, au Grand-Duché du Luxembourg, au Royaume-Uni et à la France.

L'aéroport international de Zaventem (BRU) dans la périphérie bruxelloise offre de nombreuses destinations. Les aéroports de Schiphol, Roisy Charles de Gaule et Heathrow finissent de relier Bruxelles à tous les continents et le voyageur rejoint l'aéroport de Bruxelles à ceux-là en train. La compagnie lowcost Easyjet a une escale importante à Bruxelles. Au sud de Bruxelles à 70 km, la ville de Charleroi possède un aéroport dédié au trafic européen bon marché, déservi par les lignes Ryanair.

La ville dispose d'un excellent réseau de bus, trams et métros, Son opérateur s'appelle la STIB. Un forfait hebdomadaire permet de bénéficier de toutes ces facilités à un coût modique. La ville dispose également d'un réseau de vélos en libre accès.

Toutes ces facilités font de Bruxelles la destination idéale du tourisme d’affaires. La ville de Bruxelles veut se positionner comme la capitale européenne de la jeunesse, celle que tout bon européen doit avoir vue.

Tissu associatif et organisations internationales

Du militant, au passionné en passant par le dilettante, tous trouvent une association pour leur plaire. Une association active dans la promotion du logiciel libre et de ses valeurs, le BxLug existe depuis 1999 et organise, bénévolement et dans la bonne humeur, des activités et necore 2 « install party » mensuelles pour défenestrer les ordinateurs. D'autres associations comme celle d'éducation permanente Gsara, ou celle de promotion de l'alphabétisation Lire et écrire font aussi régulièrement la promotion du libre.

La ville est riche de centres d'enseignements de haut niveau (ULB, VUB, Saint Louis, Ichec, La Cambre, INSAS, hôpitaux universitaires).

Tout au long de l'année, divers festivals animent la ville. On raconte qu'il y a plus de pièces de théatre jouées à Bruxelles qu'à Paris.

Bruxelles abrite les institutions fédérales de la Belgique, de la communauté flamande et bien entendu de la Région de Bruxelles-Capitale. La Commission Européenne, le siège sans doute principal du Parlement européen et l'OTAN intensifient la vie politique, syndicale et lobbyiste.

Selon wikipédia, la ville accueille 120 institutions internationales, 159 ambassades (intra muros) et plus de 2 500 diplomates, faisant de Bruxelles le deuxième centre de relations diplomatiques au monde (après New York). Enfin, Bruxelles compte plus de 1 400 organisations non gouvernementales. Tout comme à Washington, à Bruxelles se groupent des activités politiques avec les institutions belges, le siège de l'OTAN en plus des institutions de l'Union européenne; elle accueille même plus d'ambassadeurs que sa consœur américaine. De plus, 10 000 lobbyistes sont enregistrés dans la ville belge.

Culture et art de vivre

Bruxelles est cosmopolite. Bien que très petite comparativement aux grandes mégapoles mondiales, Bruxelles est une véritable Babel. La Zinneke Parade, carnaval de Rio à la sauce bruxelloise, illustre cette diversité culturelle. Dans certaines communes, plus de la moitié de la population n'a pas la nationalité belge.

La ville est marquée par l'architecture flamande et art nouveau. Le style flamand s'incarne dans la grand place. L'art nouveau se retrouve dans de splendides maisons particulières disséminées un peu partout dans la ville. La visite du musée Victor Horta, illustre architecte de l'art nouveau, justifie à elle seule une visite de Bruxelles. Le palais Stocklet est également un des joyaux de la ville. Il est un représentant éclatant de l'art déco et de la sécession viennoise. Gustave Klimt a participé à sa décoration.

Deux grands mouvements picturaux du XXième siècle, COBRA et le Surréalisme, eurent de nombreux représentants à Bruxelles. René Magritte est l'un des plus connus. Un musée lui est d'ailleurs entièrement consacré.

En flânant dans le centre, on rencontre des personnages de bande-dessiné peints sur des pignons de maisons. Jacobs, Franquin et Peyo étaient Bruxellois. Schuiten et Yslaire perpétuent la tradition. Bruxelles est une ville dédiée au 7ième art. Jeunes et moins jeunes apprécient un détour par le musée de la bande-dessinée situé dans un magnifique bâtiment art nouveau.

Après le plaisir des yeux le plaisir du palais.

La ville est un véritable paradis pour les amateurs de chocolat et de bière. La Belgique est le pays de la bière et Bruxelles est sa vitrine. Lister les estaminets et temples de la bière est hors de propos. Donc retenez une seule adresse : la brasserie Cantillon, dernière brasserie traditionnelle bruxelloise dont des visites seront proposées dans le programme social.

La place du petit sablon rassemble pléthore de chocolatiers. Peut-être sera-t-elle renommée place chocolat ? La ville offre de nombreuses bonnes tables et des fritkots, baraques à frites, qui, pour un prix modique, étonnent touristes et apaisent les appétits locaux.

Richard Stallman raffole des chocolats de la célèbre chocolaterie Marcolini dont le magasin principal est au bas de la place du Grand Sablon, à 2 pas de la Grand place de Bruxelles.

Les arts numériques, notamment libres, à Bruxelles

À Bruxelles, le libre a une grande importance pour de nombreuses organisations qui s'intéressent aux arts numériques. Elles y organisent régulièrement des conférences, des ateliers et des rencontres. Ces diverses organisations produisent des outils et des œuvres, souvent sous des licences libres.

Le centre iMal organise surtout les ateliers autour d'outils libres comme Code arts and crafts et Les ateliers numériques d'Été.

L'esprit du libre est présent dans FoAm, Nadine et Okno dans des workshops et des licences ouvertes. Pour l'association Constant, la recherche sur les licences et outils libres est le cœur de leur projet artistique.

À Schaerbeek, L'association Constant met à disposition d'artistes, de designers, de chercheurs et de développeurs un Floss arts lab appelé Variable. Un membre de l'association Constant , Wendy, fait partie de l'équipe bruxelloise des RMLL2013. L'association Constant a organisé et hébergé l'édition 2010 du Libre graphics meeting

L'école nationale supérieure des arts visuels La Cambre, où Nicolas Pettiaux est professeur, organiserabientôt un atelier de sensibilisation et démonstration aux logiciels de graphisme libre Gimp, Inkscape et Scribus donnés par des utilisateurs professionnels de ces outils, atelier destinés aux professeurs et étudiants, avec le soutien de la section arts numériques et de la direction de La Cambre. Ceci est coordonné par Nicolas Pettiaux et sera proposé aux professeurs, aux étudiants et à des externes d'autres écoles et ateliers de photos qui le souhaitent.

Tous les centres d'arts numériques présentés ici, ainsi que les écoles, ont été invités à participer aux ateliers, conférences et au village associatif.

Les RMLL à Bruxelles

Lieu principal du samedi 6 au jeudi 11 juillet

Nous proposons de tenir l'entièreté de l'événement dans un seul lieu principal pour éviter notamment le déménagement des stands d'association et pour permettre une communication plus simple au grand public.

Université libre de Bruxelles, 
Campus du Solbosch, 
50 avenue Franklin Roosevelt 
1050 Bruxelles

Lieu accessoire les samedi 6 et dimanche 7 juillet

Pour encourager la participation citoyenne et l'information, dans les semaines et jours qui précedent les RMLL, notamment à proximité immédiate de la Grand Place de Bruxelles et sur celle-ci si possible, ainsi que de la Gare centrale et le quartier de haut de la ville près de l'avenue Louise, où la fréquentation par le grand public est nombreuse et aisée, nous mettrons des stands et présenterons des logiciels libres et des matériels libres.

Séjourner

Bruxelles est depuis toujours un grand carrefour touristique, place économique mondiale et lieu de nombreux congrès internationaux. La Ville de Bruxelles a toujours su s'adapter aux besoins de ses différents visiteurs venus du monde entier.

Plus de 18 000 chambres sont disponibles, dans plus de 150 hôtels, tous reliés, par l'intermédiaire du réseau de transports en commun dense, avec les grandes salles de conférence.

Même le quartier le petit quartier de central de Bruxelles dispose de plus de 1 500 chambres d'offre pour accueillir les participants de votre événement.

Des événements résidentiels peuvent facilement se tenir dans la large gamme d'hôtels de conférence disponibles dans la ville.

Le bureau de Bruxelles de tourisme et congrès de la Région de Bruxelles-Capitale Visit Brussels a été contacté et nous assistera dans la recherche et la réservation des différents types de logements disponibles.

Il nous offrira aussi son soutien financier à l'organisation et au financement de certains voyages de conférenciers.

D'autre part use-it.be est un service qui met beaucoup d'information à disposition concernant le logement pour jeunes à Bruxelles. Ce site donne l'adresse de chouettes restos et des plans d'orientation.

Hôtellerie classique

Tous les grands groupes privés de l'hôtellerie sont présents à Bruxelles. Le choix est vaste si tant est que le budget n'est pas un soucis.

De très nombreux hébergements chez l'habitant sont possibles.

Le 1er novembre 2012, l'outil de réservation en ligne d'une chambre d'hôte indique 194 chambres entre le 6 et le 11 juillet 2012.

Le site de recherche mondial AirBnB indique, pour la même période du 6 au 11 juillet 2011 la disponibilité de plus de 209 logements proposant internet sans fil à un prix entre 10 et 75 € (les limites sont très facilement déplaçables par curseurs.

Il indique aussi les disponibilités complémentaires

  • Maison/app. entier 86
  • Chambre privée 160
  • Chambre partagée 4

Cité Universitaire

À Bruxelles les cités universitaires louent les hébergements aux étudiants pour 12 mois et non 10. Cela signifie que les hébergements étudiants, même si certains ne sont pas occupés par les étudiants en vacances, leur sont réservés notamment car ils les payent. L'administration qui permettrait de demander aux étudiants qui le souhaiteraient de sous-louer ne fût ce que pendant une semaine leurs logements est considérée comme trop lourde. Une des motivation de cette mise à disposition pendant 12 mois est que cela permet aux étudiants de profiter simplement des infrastructures qu'ils louent aussi pendant les périodes de préparation de secondes sessions.

Il faut donc considérer que les logements étudiants ne sont pas accessibles, même pendant les congés scolaires.

Camping

Le seul camping de la Région de Bruxelles-Capitale est installé à Ixelles, non loin du quartier européen. Ce camping peut accueillir 80 campeurs sous tente exclusivement.

Ses coordonnées sont :

Camping "Bruxelles Europe à ciel ouvert"
chaussée de Wavre, 205 - 1050 Bruxelles. 
Tél. 02.640.79.67 - Fax 02.648.24.53. 
Ce camping n'a pas d'adresse courriel.

Légèrement à l'extérieur de la ville se trouve le camping caravaning club Brussels.

D'autres campings sont accessibles plus loin du centre ville.

Gîtes

Le site de l'Office de Promotion du Tourisme de Wallonie et de Bruxelles recense 143 Gîtes et chambres d'Hôtes sur les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale.

Hébergement RMLL

À Bruxelles, il existe 5 auberges de jeunesse effectivement accessibles à tous, de tous âges, et offrant ensemble en 2012 environ 1000 lits à des tarifs réduits. Bruxelles héberge aussi l'École royale militaire, située près centre ville, à côté des institutions européennes.

Face à l'indisponibilité des cités universitaires à Bruxelles, l'équipe bruxelloise a pris contact avec les auberges de jeunesse et le ministère de la défense pour demander l'accès à l'École royale militaire.

Au 1 novembre 2012, les propositions de l'équipe bruxelloise sont les suivantes :

Dans les auberges de jeunesses bruxelloises

Monsieur Marc Gielis, directeur de l'auberge des 3 Fontaines, rencontré par Nicolas, indique les disponibilités suivantes, moyennant une confirmation rapide et le paiements d'arrhes de 30 %, pour les 5 auberges de jeunesses qu'il a consulté pour nous :

  • CHAB : 50 lits
  • Génération Europe : 40 lits
  • Brel : uniquement réservations individuelles (encore de la place)
  • 3 Fontaines : 80 lits
  • Sleep Well : 60 lits

Ceci représente un total de 250 lits sûrs réservables.

Ces disponibilités pour un groupe sont déjà exceptionnelles avec un préavis aussi bref. Il sera impossible de trouver 400 lits en auberge. À Bruxelles des réservations sont prises dans les auberges plus de 2 ans à l'avance.

Les tarifs 2012 de l’hébergement de groupes donnent une bonne idée de ce à quoi il faut s'attendre pour 2013. Les prix sont en € par personne par nuit (tarif d’application à partir de 20 personnes).

  • 2 nuits et + : 21 €
  • 1 nuit : 23 €

Ceci comprend les draps et selon les auberges des douches et toilettes à l’étage ou dans la chambre. La plupart du temps les chambres comptent 2 à 4 klits mais peuvent en compter plus. Le petit déjeuner n’est pas inclus.

Les tarifs de groupes sont uniques à partir de 20 personnes, indépendamment de la répartition des chambres

Dans les internats des écoles secondaires

L'équipe d'organisation a pris contact avec les internats de plusieurs écoles secondaires qui en disposent à Bruxelles, et attends des réponses.

Dans les hôtels avec prix de groupes

Nous avons contacté le Brussels Booking Desk pour obtenir des prix spéciaux pour une sélection d'hôtels. Nous discutons avec eux pour obtenir des réponses précises à nos désiderata. Nous n'avons pas encore de valeurs assez précises à la date du 10 novembre 2012 pour les inclure.

Caserne et École royale militaire,

L'équipe bruxelloise attend les nouvelles du ministre de la défense pour la disponibilité de l'École royale militaire,

Restauration

Bruxelles est une des villes de Belgique les plus diversifiées en termes de restauration. De plus, l’existence de restaurants universitaires sur le lieu de la manifestation permet à tous les participants de se restaurer pour un prix modique. L'offre de restaurants dans les environs du campus du Solbosch de ULB est très variée.

Buffet d'accueil

Le bourgmestre (équivalent belge du maire) de la Ville de Bruxelles a proposé d'accueillir à l'hôtel de ville de Bruxelles, un bâtiment gothique prestigieux du XVième siècle le buffet d'accueil

Restaurants universitaires

Les cafétérias universitaires sont gérées par des sociétés de restauration collective connues sur la place bruxelloise.

L'équipe bruxelloise est en discussion avec les autorités de tutelle universitaire et le gestionnaire pour discuter du prix des repas qui seront proposés aux participants aux RMLL. Aucun prix n'est fixé aujourd'hui mais l'équipe s'attend d'après les discussions à un prix de l'ordre de 8 € à 10 € par repas.

Sauf exception, les cafétérias et restaurants sont librement accessibles à tout public. Les étudiants bénéficient de prix conventionnés (compter moins de 5 € par repas).

Repas du libre

L'avant-dernier soir de la manifestation, soit mardi 9 juillet, sera organisé le désormais traditionnel « Repas du libre » qui permet des échanges dans une ambiance festive et « locale », etp permet des rencontres entre tous les acteurs, et comme avec les autorités locales.

Pour les RMLL 2013, le prix envisagé est fixé à 27 € par personne selon le devis reçu et joint en annexe avec un menu belge.

La soirée « Repas du libre » sera organisée si possible en plein air ou dans l'une des nombreuses salles des fêtes disponibles dans la Ville de Bruxelles, ou encore dans un bel espace de l'Université libre de Bruxelles, pour une capacité totale allant de 400 à 500 personnes. Le lieu est en court de discussion.

Bière et bière libre

La Belgique est sans doute le pays de la bière. De très nombreuses bières spéciales traditionnelles belges seront proposées. Plusieurs recettes de bière commerciales sont disponibles, comme le savoir faire.

Cependant, nous avons aussi un fournisseur belge de « Free beer », telle que celle brassée à la demande du Loligrub, le LUG de Mons. Celui-ci nous a écrit :

Je me permets de vous envoyer les modalités de commande 
d'une bière à façon avec notre brasserie.
Pour une commande minimum de 200 litres le prix est de 0.956 TVAC par 
bouteille de 33cl + 10 cent de vidange livraison par 24 ou boites de 6 bouteilles.
2.172 TVAC par bouteille de 75cl + 20 cent de vidange livraison par boite de 6 bouteilles.
A partir du jour de la commande un minimum de 6 semaines est nécessaires pour la livraison.
On peut repartir sur la recette déjà existante de la FREE BEER (plus rapide) ou 
en recréer une autre(un peu plus long).
Je me tiens à votre disposition pour toutes questions éventuelles.
Bien à vous.
Frédérick Baert.
Authentique Brasserie.

Le monde du libre à Bruxelles

Les acteurs et utilisateurs de logiciels libres en Belgique et à Bruxelles sont très nombreux, tellement qu'ils ne se connaissent pas nécessairement les uns les autres.

Le site [1] reprend, au 10 novembre 2012, 148 entreprises actives en Belgique autour du logiciel libre et ceci est vraisemblablement une sous-estimation.

Groupes d'utilisateurs et associations

Entreprises

Quelques entreprises

Le monde du libre à proximité de Bruxelles

De nombreux autres organismes et structures existent mais ne sont pas repris ici. Ils ont ponctuellement répondu.

Collaborations et échanges entre les équipes en des lieux distants

L'équipe de Bruxelles propose que les autres villes candidates, surtout celles fort distantes, au cas où elles ne seraient pas sélectionnées, organisent quand même, simultanément un événement local. Nous proposons de collaborer à distance sur certaines sessions.

En effet, nous aimons mieux la coopétition voire la coopération que la compétition et la concurrence. Nous pensons que nos « ennemis » si il y en a, sont dans le monde privateur et pas dans le monde du logiciel libre.

Chaque équipe a déjà investi un temps et des efforts considérables dans la recherche de partenaires et soutiens locaux qu'il serait dommage de ne pas valoriser. Toute présentation des logiciels libres au public local, surtout dans le cas de succès réalisés à l'étranger, sert la cause que nous défendons tous. Enfin, pour beaucoup d'européens, aller de l'autre côté de l'Atlantique ou au delà du continent africain est trop cher, ce qui nous encourage à proposer des limitations de déplacement et des collaborations actives.

L'équipe bruxelloise propose donc des travailler avec les amis québecois et réunionnais ou tout autre. Comme les finances sont locales et les orateurs potentiels de qualité très nombreux, dans une large mesure nos projets sont complémentaires plus que concurrents. Certaines conférences pourraient être retransmises en temps réels pour autant que l'on ait tenu compte dans l'organisation des décalages horaires et que les ateliers et conférences pour lesquelles ceci soit mis en place aient été bien préparés par les coordinateurs thématiques.

Ceci permettrait de montrer au public local, de part et d'autres de l'Océan ou des continents que le nombre de personnes concernées par les modèles alternatifs que représentent les logiciels et la culture libre sont importants et que nous sommes une force avec laquelle il faut vraiment compter, mais aussi renforcer les échanges et les compréhensions mutuelles.

L'équipe bruxelloise s'engage à mettre tout ce qu'elle peut en œuvre pour permettre une bonne collaboration, moyennant une bonne entente des équipes distantes et une bonne répartition des efforts. Ceci passe bien entendu par une discussion attentive de la sélection et de la planification des ateliers et conférence et d'une préparation conjointe.

Internationalisation et langues officielles

Si nous voulons une conférence réellement internationale fondée sur le concept des RMLL, il faut être réaliste. Dans un contexte international, il est indispensable que les orateurs et participants aient la possibilité de se comprendre et la langue commune du monde informatique est aujourd'hui l'anglais.

La problématique des logiciels libres est déjà assez difficile à faire comprendre et accepter, sans ajouter des difficultés supplémentaires de communication.

Aux RMLL de Strasbourg à la frontière allemande, l'un d'entre nous avait invité des amis allemands. Il y avait cependant trop d'exposés en français et ils se sont ennuyés... Ils ne reviendront pas si on ne fait pas un effort d'internationalisation.

Aujourd'hui la plupart des français sont en principe capables de communiquer en anglais, aussi bien que des polonais ou des portugais.

Il faut savoir ce qu'on veut en priorité, soit une conférence internationale en informatique, soit une action de promotion de la langue française, qui malheureusement à tendance à s'isoler dans son hexagone ?

C'est pourquoi nous proposons d'exiger au moins que la préparation de tous les écrans projetés soit en anglais.

Ceci dit il est nécessaire de tolérer des exceptions:

  • en tenant compte de l'apport historique des RMLL, il ne faudrait pas exclure certains auteurs français, qui ne seraient peut-être pas en mesure de se faire bien comprendre en anglais. Dans la mesure du possible, les coordinateurs de thèmes seront invité à apporter ou trouver de l'aide pour traduire les présentations vers l'anglais.
  • les activités de communication destinées au « grand public » local, utiliseront naturellement les langues locales de Bruxelles, le français, le flamand et l'anglais.

Les langues officielles à Bruxelles seront donc le français, le néerlandais et l'anglais et toutes les projections devront être faites au moins en anglais.

Dans la mesure du possible, avec l'aide et le support des institutions concernées telle que l'Organisation internationale de la francophonie, la Région flamande et les écoles d'interprétariat et traduction bruxelloises (Isti et Marie Haps), des traductions simultanées seront proposées. Pour les thèmes ou sessions de thèmes dont la langue sera l'anglais, de l'anglais vers le français et le néerlandais au moins.


Ressources

Ce chapitre décrit les moyens humains, matériels, techniques, logistiques et financiers ainsi que les opérations de communication qui seront mis en œuvre avant et pendant la manifestation pour permettre sa réalisation dans les meilleures conditions.


L’équipe d’organisation

L'organisation des Rencontres Mondiales du logiciel libre 2013 à Bruxelles sera assurée par un réseau important de partenaires.

Nous avons la chance de pouvoir également compter sur les équipes bruxelloises ayant déjà participé à l'organisation d'autres évènements du libre ayant eu lieu à Bruxelles et en Belgique, notamment  Fosdem, Journées du Libre, EuroPython, EuroScipy, LibreGraphicsMeeting.

Une équipe informelle constituée d'individus se charge de porter la candidature de Bruxelles pour les RMLL 2013, en collaboration avec les associations et les autres partenaires, jusqu'à obtention de ladite candidature.

Dans le cas où notre candidature serait retenue, l'équipe qui porte le projet va encore s'étoffer et sera complétée par un groupe de coordination, ayant comme mission spécifique d'assurer la gestion et l'organisation des Rencontres Mondiales du logiciel libre à Bruxelles en 2013. Celui-ci sera organisé au sein d'une association à but non lucratif spécifique, ABELLI.

Ce groupe sera constitué par les acteurs ayant participé au soutien de la présente candidature et/ou qui souhaitent participer à l'organisation de cet événement. Cette dynamique offrira aux partenaires la possibilité de pouvoir s'impliquer de manière active dans ce projet, et permettra de faciliter l'organisation générale de l'événement.

Afin de laisser la porte ouverte aux bonnes volontés, l'ensemble des rôles et l'organigramme seront redéfinis après la phase de candidature. Des membres des comités d’organisation des éditions précédentes (Genève 2012) et candidate (Montpellier 2014) font d'ores et déjà partie de l'équipe ainsi que de nouveaux bénévoles.

Une quarantaine de personnes se sont déjà manifestées sur la liste de diffusion interne de la candidature bruxelloise pour proposer leur participation active à l'organisation de l'événement.

Communication

Toutes les précédentes manifestations l’ont confirmé : le succès ne peut venir sans communication. Un petit groupe s’est donc d’ores et déjà constitué et s’occupe activement de cette question. L’appui de l’Institut de Science des Services (ISS), du service de communication de l'Université de Bruxelles, et l'aide matérielle des collectivités partenaires seront des atouts précieux dans ce domaine.

Partenariat avec divers organismes

Dans le cadre de promotion de ces 14èmes Rencontres, nous avons noué des relations que nous espérons voir devenir des partenariats avec les acteurs de promotion suivants :

  • Bruxelles Tourisme & Congrès
  • Ville de Bruxelles
  • Région de Bruxelles-Capitale
  • Université de Bruxelles, et autres hautes écoles de Bruxelles (HEB, ESI, La Cambre)
  • Union des anciens étudiants de ULB
  • Parlement européen

Voir aussi les lettres de soutien.

Les RMLL seront inscrites sur le calendrier des manifestations professionnelles par Bruxelles Tourisme & Congrès, organisme de promotion de Bruxelles dans le secteur du tourisme d’affaires. Ce calendrier est accessible en ligne au grand public.

Un large réseau de diffusion du matériel de communication

La communication autour de l'événement est déjà acquise par les partenariats avec la Ville de Bruxelles, le Cesep, la Fédération Wallonie-Bruxelles (département culture) et le Parlement européen par exemple (voir lettres de soutien).

Nous espérons la couverture média de télévision et radio telles que

  • Le Soir, journal francophone à grand tirage, dont la filiale informatique, Audaxis, nous a assuré de son soutien,
  • la RTBF, Radio-télévision francophone belge et ses diverses radios. L'administrateur de la RTBF est le président de UER qui était présent à Genève. Il nous a assuré examiner attentivement la demande de soutien mais n'a pas encore pu répondre par écrit.
  • la VRT, Radio-télévision néerlandophone belge, membre de UER, présente aux RMLL à Genève en 2012
  • ARTE

et encore de nombreux autres. Voir notamment les lettres de soutiens.

Audio-visuel et archivage des médias

Nous favoriserons la collecte, la conservation et la diffusion sur Internet du matériel de communication, présentations, photos, enregistrements sonores et vidéos, retranscriptions et traductions, afin qu’ils puissent servir à la promotion des RMLL.

En particulier, l'équipe bruxelloise compte déjà en son sein plusieurs personnes qui ont l'habitude de la captation vidéo et audio des RMLL telles que Rémi Rouaud et Fernando Lagrange qui ont proposé de développer le rôle de régisseur (voir audio et vidéo) et s'occuper de la gestion et de la coordination des moyens audio-visuels.

Il est d'ailleurs déjà prévu que nous nous rencontrions sur place avant l'événement, sans doute en mars ou avril 2013, pour faire connaissance avec les équipes techniques de l'ULb, déjà bien connues elles de l'équipe d'organisation locale grâce aux multiples activités récentes telles que la conférence EuroScipy 2012 avec 250 personnes pendant 5 jours à ULB fin août 2012 ou la conférence de Richard Stallman du 29 septembre 2012 devant 600 personnes dans l'amphithéâtre principal que nous utiliserons.

Plusieurs partenaires des années précédentes, tels que Elphel, Inc. et Ubicast, ont déjà été contactés à cet effet et ont répondu positivement à nos demandes. Voir le wiki.

Une partie de l'équipe bruxelloise présenté à Bruxelles durant le Fosdem participera à la captation et à la diffusion de la vidéo durant celui-ci. Ceci développera nos contacts et notre expérience.

Communication post-événement

Une attention toute particulière sera apportée non seulement à la communication avant et pendant l'événement, mais également dans les mois qui suivront afin de multiplier les retombées positives pour l'image du libre. Des ressources et un budget spécifique seront réservés à cet usage. Une partie des actions de partenariat menées à l'occasion des RMLL, notamment avec les collectivités, seront prolongées au sein de structures permanentes pérennes (médiathèques, espaces publics numériques multimédia, organismes de formation, etc.).

Budget et financement

Classeur avec le budget previsonnel, sera mis a jour regulierement Fichier:RMLL 2013 Budget.ods

La préparation du budget prévisionnel envisagé ici s’appuie sur l’expérience des organisateurs des manifestations des années précédentes. Et des connaissances du marché local de Bruxelles acquises par l'équipe bruxelloise. Il s’agit d’un budget opérationnel minimum permettant de garantir l'organisation de l’événement. Aucun salaire ou défraiement relatif à l’organisation n'étant inclus de par sa structure bénévole. Le budget présenté couvre la prise en charge de l’ensemble des dépenses nécessaires et repose sur un engagement fort des partenaires, en particulier des acteurs institutionnels qui pour chacune des éditions ont participé au financement des RMLL.

Une réunion avec les acteurs publics financeurs tels que la Ville de Bruxelles, la Région, les gouvernements bruxellois, wallon, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, flamands et fédéraux, mais également plusieurs autres communes est prévue dans les prochaines semaines pour harmoniser les financements publics et répartir leur charge en toute transparence.

La contribution des municipalités prendra pour sa part majoritairement la forme d'une mise à disposition de moyens et de personnel plutôt que de subventions directes.

Cette participation en nature (personnel, matériel, communication,locaux, etc.), loin d'être négligeable en valeur, présente l'intérêt d'une implication directe des équipes municipales dans des actions menées tout au long de l'année, dépassant ainsi le seul cadre de la semaine durant laquelle se déroule la manifestation. Nous escomptons que le prolongement au-delà de juillet 2013 des actions que nous envisageons pour une meilleure diffusion des usages des logiciels et des ressources libres parmi les habitants sera facilité par les relations personnelles nouées et cette expérience commune.

Le détail, très sensible, n'est pas disponible publiquement dans ce wiki. Il sera communiqué séparément au comité.

Plusieurs dizaines de milliers d'euros d'intervention financières monétaires sont déjà garantis par la participation d'entreprises, d'associations et d'institutions publiques.

La valorisation des acquis en intervention logistique se monte déjà également à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Le détail est présenté dans le budget.

Ressources techniques

Une infrastructure incluant des outils web et de communication sera mise à disposition par les équipes techniques des RMLL à l'instar des années précédentes.

L'équipe d'organisation dispose déjà d'outils web (wiki, listes de discussions, site LAMP) et une équipe de l'ULB propose de mettre à disposition l'outil libre d'organisation de colloques, congrès et conférences, et d'évaluation d'exposés Indico développé par le CERN et utilisé par plus de 110 institutions supérieures.

Parallèlement, l'ABELLI et l'ULB, en collaboration avec les partenaires de leurs réseaux, s'engagent à fournir tous les outils, ressources techniques et lieux de travail qui permettront de simplifier la collaboration entre les différentes commissions d'organisation, les acteurs et les partenaires qui participeront à l'évènement.

Soutien logistique et matériel

Grâce au soutien de partenaires tels que la Ville de Bruxelles, la Région de Bruxelles-Capitale, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région wallonne, l'État fédéral et l'Université de Bruxelles, ainsi que d'entreprises, associations et fondations à but non lucratif , nous pouvons compter sur un très fort soutien logistique et matériel afin d'assurer l'organisation de ces 14è RMLL dans les conditions les plus propices.

Pour contacter l'équipe d'organisation

Courriel

L’adresse courriel permettant de contacter les membres du comité d’organisation rassemblant les personnes de diverses associations travaillant sur ce projet est la suivante: orga@rmll.be

Adresse postale

Comité d’organisation des RMLL 2013 à Bruxelles

c/o Nicolas Pettiaux

Avenue du Pérou 29

B-1000 Bruxelles

Belgique

Équipe

Nous sommes à votre entière disposition pour toute question concernant l'organisation des RMLL 2013 :

Seuls les membres ayant participé aux réunions physiques et à distance ont souhaité figurer sur cette liste. Nous n'avons délibérément pas repris les soutiens mêmes lorsque ceux-ci se sont montrés très chaleureux et très encourageants.

À Bruxelles

À Rennes

À Montpellier

  • Pascal Rullier, membre de l'organisation du réseau aux RMLL2012, un des coordinateurs de la candidature de Montpellier pour les RMLL2014
  • Michel Heywang , coordinateur des logements et de la restauration

À Grenoble

Conclusion

La candidature de Bruxelles comme ville d'accueil en 2013 a pour objectif d'apporter une grande contribution à la reconnaissance mondiale des RMLL tout en conservant l'esprit des éditions précédentes, dans une volonté d'évolution continue.

La forte réactivité et l'intérêt des acteurs du marché genevois, tant étatiques, institutionnels, privés, qu'internationaux, soulignent avec évidence la pertinence de la candidature de Bruxelles.

L'organisation en 2013 des RMLL à Bruxelles a de plus l'avantage de se trouver en adéquation avec les directives institutionnelles et politiques de Bruxelles vis-à-vis des logiciels libres et bénéficie de ce fait d'un fort intérêt et de bons vecteurs d'intégration locale.

Couplée au rayonnement international de Bruxelles, l'organisation de ces 14èmes Rencontres mondiales en Belgique pourrait concrétiser leur internationalisation en renforçant leur position d'événement annuel incontournable des technologies libres au niveau mondial.

L'équipe des porteurs du projet et ses partenaires sont fiers de porter la candidature de Bruxelles pour l'organisation des Rencontres Mondiales du logiciel libre en 2013. Ils s'unissent pour remercier vivement tous les acteurs, organismes, personnalités, associations et sociétés privées qui soutiennent la candidature de Bruxelles et ont permis la constitution du présent dossier.

Rendez-vous le 18 novembre 2012 pour les résultats concernant cette candidature. En cas de réponse négative, la forte volonté des acteurs locaux assurera d'ores et déjà le report de la candidature aux années suivantes.

Annexes

Expériences d'organisation

Pour avoir déjà organisé de nombreuses manifestations à l'Université Libre de Bruxelles, et être plusieurs à y enseigner, y étudier ou y travailler, plusieurs membres de l'équipe d'organisation connaissent fort bien les rouages et les personnes, par exemple la direction de l'Université, les responsables des services audiovisuels et les responsables des services généraux. Plusieurs d'entre nous ont aussi organisé d'autres activités qui sont reprises ci-dessous.

Nous avons eu recours à leurs services depuis longtemps (MUI 1981 et ExpoSciences) et encore récemment (27/9/2012).

Activités organisées par nos soins à ULB

  • Le hackerspace de ULB, pour lequel l'ULB met une maison à disposition du groupe (Cédric)
  • La conférence EuroScipy 2012 qui a rassemblé près de 250 personnes durant 5 jours, du 23 au 27 août 2012 dans les locaux que nous utiliserons pour les RMLL (Nicolas P)
  • La conférence «Enjeux de la société de l'information : éthique, politique, liberté et éducation » le mercredi 11 octobre 2000 à 18h30 à l'amphithéâtre Dupréel, avec Eric S Raymond, Stéphane Fermigier, Jean-Paul Smets-Solanes et Bernard Lang, en collaboration avec AFUL, Linuxbe, la société Arafox, Louvain Li-Nux, les sociétés LinuxMandrake, IBM, Suse, SUN, IT-Optics et le Centre informatique de la Région de Bruxelles-Capitale (Nicolas P)
  • Plusieurs d'entre les membres de l'équipe d'organisation participent depuis longtemps aux activités de Radio Campus, la radio libre de l'ULB, fondée en 1980, équipée entièrement en logiciels libres et qui anime une émission hebdomadaire Source consacrée aux logiciels libres et à la culture libre (Frédéric C, Thoma)
  • Plusieurs ont participé depuis de nombreuses années à divers titres à l'organisation du Fosdem . Par exemple, ils ont initié en 2003 les premiers enregistrements vidéos de certaines sessions au nom de AEL. (Nicolas P)

Activités organisées par nos soins dans d'autres lieux que ULB

  • Conférence « Y a-t-il un avenir après Microsoft» le 12 février 2000, avec Roberto Di Cosmo, Jean-Paul Smets-Solane, Jean-Pierre Laisné, organisée en collaboration avec le BxLug, Linuxbe dans le grand amphithéatre de Fortis Banque à Montagne du Parc, pour les alumnis de la formation en gestion CEPAC de l'école de commerce Solvay de ULB. La conférence a été sponsorisée par IBM (Nicolas P)
  • Conférence «Logiciel libre et formation » le 13 février 2000, avec Jean-Paul Smets-Solane, Philippe Aigrain, Bernard Lang, Stéphane Fermigier pour les professeurs et amateurs de logiciels libres, organisée en collaboration avec le BxLug, Linuxbe et le CIRB (Centre informatique pour la Région de Bruxelles-Capitale) dans le grand auditorium de la caserne des pompiers de l'Héliport (Nicolas P)
  • Conférence EIF-PITCH «The future or open software models» le 20 février 2002 au Parlement européen à Bruxelles, organisée par Pitchworld, the association for the promition of international technologial cooperation for humanistic ends, en collaboration avec European Internet Foundation (Nicolas P)
  • Conférence « Linux. Open Source. Logiciel libre. La révolution logicielles du XXiè en marche » par Bruce Perens, le mercredi 20 février 2002, en collaboration avec l'Alichec, les alumnis de l'école de commerce Ichec (Nicolas P)
  • Le « Festival international de tango de Bruxelles » de 2004 à 2012, un rassemblement international de 500 à 800 danseurs et amateurs de tango argentin, en provenance du monde entier, avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale, de la Ville de Buxelles, de la Commission communautaire française, de la Vlaamse Gemeenschap Commissie, de la commune de Molenbeek, de la Loterie nationale, de VW (François P)
  • Pendant 12 ans, Nicolas P a été membre du comité d'organisation des Montgolfiades universitaires internationales (MUI) le plus grand rassemblement de ballons à air chaud en Belgique, qui de plus volait au départ du campus de l'ULB et survolait la ville de Bruxelles avec certaines années plus de 100 ballons. En particulier, Nicolas avait, le jour de la manifestation la responsabilité de la coordination au sol de l'équipe de 150 bénévoles en charge de la sécurité.
  • Conférence «Libre graphics meeting » du 27 au 30 mai 2010, avec le soutien de L'Institut de la Francophonie Numérique (IFN), the Flemish Ministry for Culture, Youth, Sports and Media and de Vlaamse GemeenschapCommissie, Brussels Hoofdstedelijk Gewest, The Python Software Foundation , the River Valley (Wendy V)

Lettres de soutien

De nombreuses manifestations de soutien se sont manifestées. Pour les soutiens oraux, une confirmation écrite a été demandée.

Les lettres de soutien déjà reçues sont jointes au dossier. Certaines figurent dans ce wiki duquel le dossier est extrait (attention toutes les lettres ne sont pas reprises ici)

Soutiens politiques

Europe

Belgique

De nombreux hommes et femmes politiques ont signé le pacte des libertés numériques en 2009, 2010 et 2012, s'engageant par là à promouvoir le logiciel libre, les données libres et un internet libre. Nous avons écrit aux élus et attendons leurs réponses.

Témoignages de soutien

Symboliquement, je trouve que le choix Bruxelles, siège de la  Communauté 
Européenne, serait particulièrement pertinent au vu de  l'actualité et du 
Lobbying exercé. Vous me direz qu'avec un argument tel que celui-là, on est
bon pour y rester chaque année.
Mais bon, c'est aussi un choix tout à fait subjectif.^